KTAPULT RACING TEAM
N'oubliez pas d'enregistrer l'adresse du site dans vos favoris !
http://ktapult.forumactif.org


Moto Club 100% piste
 
S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  MembresMembres  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  
Un nouveau bureau a été élu le 17 novembre. Le Club ne délivrera plus de licence en 2013.

Partagez | 
 

 C.R voyage au Tourist Trophy 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ben59



Messages : 4
Date d'inscription : 02/07/2012

MessageSujet: C.R voyage au Tourist Trophy 2015   Lun 22 Juin - 9:29

Un an avant. C’est le temps nécessaire pour pouvoir tenter d’obtenir une place A/R sur un ferry de la « Steam Packet » qui nous conduit entre l’Angleterre et l’Ile de Man pendant la période du « TT ». Et encore, on n’a pas forcément le choix dans la date. Au-delà, peu ou plus d’espoir malgré les tarifs prohibitifs, même pour les motos… Nous l’avons surnommé la Steam Racket.
Bref, nous voilà avec 6 A/R entre Heysham et Douglas pour assister au TT entre le Mardi 2 et le lundi 9 juin.

Mardi 2 Juin :

Samuel et moi partons pour rejoindre Bertrand, Jérôme, Yves et Nicolas à Ermont. Une fois l’équipe réunie, 9h00 sonne l’heure du départ et on s’enquille l’A16 jusque Calais. Le temps est couvert, sec mais le vent latéral assez sensible. Arrivés à Calais vers 12h00, on casse une graine avant de prendre le ferry pour un départ vers Douvres à 14h30.

Nous voilà sur le ferry, les motos bien sanglées par nos propres soins. La météo s’annonce capricieuse pour la traversée. Elle sera pire que prévue… Le ferry remue quelque peu durant la traversée, le capitaine nous annonce un retard de 2h en raison des vents violents sur Douvres et de la visibilité réduite. Pour une traversée qui devait durer 1h30, ça part mal. Nous voilà pris d’une relative inquiétude. Nous avions initialement prévu un bon 9h de marge pour réaliser le trajet de 600kms entre Douvres et Heysham, qui prend théoriquement 6h, sans pauses.
Il ne nous restera plus que 7h… Vu le mal qu’on s’est donné pour avoir ces places de ferry pour l’ile de Man, interdiction de le rater! Il va falloir rouler ! Twisted Evil
On débarque à Douvres à 17h00 locales, un peu plus tôt que ce qu’avait annoncé le capitaine. Nous voilà plus sereins. On n’a même pas rempli un seul sac à vomito Laughing   Mais la météo très british nous accueille! Un crachin conséquent, de la brume, un vent violent, les routes trempées…  Suspect Les combinaisons de pluie sont de sortie, mais le moral est toujours au top. Finalement, après une trentaine de kms, la pluie s’arrête et on ne la reverra plus du voyage.
Bon, un peu de concentration. On est chez les « rosbeefs », faut penser à rouler à gauche et à doubler par la droite. Les limitations sont en miles, et des radars sont implantés un peu partout sur des portiques. Pénible de rouler sur une autoroute à 3 voies, déserte, à 80km/h pendant 40 kms… Le plus difficile à appréhender restera toutefois les ronds-points. Il faut penser à regarder à droite avant d’y entrer ! Sam s’en souviendra après une petite chaleur à Douglas.
Finalement, la traversée de l’Angleterre se passe sans encombre et on a réussi à rattraper le temps perdu. Seul le vent violent nous aura donné du fil à retordre.

Arrivée au port d’Heysham, il est 0h30. 900kms sont affichés au compteur de la moto depuis le départ et la fatigue se fait sentir. On a tous hâte d’être sur le ferry pour écraser quelques heures de sommeil, bien méritées. Des dizaines de motos sont déjà devant nous dans la file d’attente. Il y en aura encore plus après nous. Le ferry « Ben My Chree » de la Steam Racket nous attend. L’embarquement prend du temps… C’est qu’il faut les sangler toutes ces motos ! Cela dit, c’est le personnel du bateau qui se charge d’attacher les motos, contrairement à P&O.

On embarque, et on file rejoindre nos sièges réservés. A peine assis, les paupières se ferment… Pas un seul de nous 6 ne se sera aperçu du départ du Ferry !  Sleep On se réveillera près de 4h plus tard, peu avant l’arrivée à Douglas.

Mercredi 3 Juin.

Il est 6h45. Bientôt 24h de trajet dans les pattes et nous débarquons sur l’Ile mythique. On se regroupe tant bien que mal à la sortie du Ferry. Bertrand descend de sa moto et embrasse le sol. On y est !!
On arrive à notre camping à Foxdale, au milieu de la cambrousse Mannoise. On a réservé une formule avec tentes déjà montées, duvets matelas chaise et lampe frontale fournies. Et là… le désert…  scratch Il n’y qu’un terrain de foot vide qui est censé nous servir de camping. La faute à une tempête et des pluies diluviennes tombées les 2 jours précédents. Tout rentrera dans l’ordre l’après-midi.
Promenade à « GrandStand », ligne de départ/d'arrivée du TT. Chose très appréciable de cette course : on se promène ou on veut, y compris dans le paddock. Pas d’accès VIP ou pour privilégiés. On y voit de très près toutes les machines et tous les pilotes. C’est aussi ça l’esprit TT. Il y a bien sûr quelques gros team officiels (Honda, BMW-Tyco entres autres pour les pilotes les plus célèbres comme John Mc Guinness, Guy Martin, Connor Cummins, Michael Dunlop…), mais aussi beaucoup d’amateurs (d’un certain niveau quand même…), notamment en Side.

On s’est notamment attardé du coté de Rémy Guignard, pilote français de Side-car F2 au palmarès déjà respectable, accompagné de Frédérique Poux. Le TT y est évoqué avec une grande humilité. L’heure tourne, on avale un sandwich au bœuf bouilli aussi mauvais qu’il en a l’air (la gastronomie anglo-saxonne est fidèle à sa réputation). Puis c’est parti pour un tour de découverte du circuit. 60 kms mythiques au programme. Ballagarey, Ballacraine, Glen Helen, Kirk Mickael, Ballaugh Bridge, Sulby Straight… chaque lieu à sa particularité. C’est là que tu t’aperçois qu’il faut quand même une sacré de paire de… pour se lancer à fond sur une route pareille !
Malheureusement notre découverte s’arrête à Ramsey, la « Mountain Road » étant coupée à la circulation en raison d’un accident. Cette portion est à sens unique et, partiellement, à vitesse illimitée pendant la période du TT. Les chutes plus ou moins graves y sont nombreuses… Tant pis, on y reviendra plus tard.

Retour au camping pour l’installation puis retour à Douglas pour se positionner au niveau de la compression de BrayHill avant la fermeture des routes pour les essais libres des Superbike et des Side-Car. BrayHill est une grande ligne droite en descente, en pleine ville, située 1.5km environ après la ligne de départ de GrandStand. Les pilotes sont gaz en grand depuis la ligne de départ située 1,5km plus haut. Ils passent donc à fond de 6, sans couper ou presque pour la plupart, et remontent vers QuaterBridge pour le premier gros freinage 1km plus loin. Leur vitesse de passage dépasse souvent  les 180 mph, soit près de 300km/h !

18h. Les marshals ferment la route, positionnent les grilles et assurent la sécurité des spectateurs. Pendant le TT, les marshals ont les mêmes pouvoirs que la police. Pas de blague !  La tension monte, l’impatience aussi. On écoute « Radio TT » au travers des haut-parleurs installés aux endroits clés tout autour du circuit, ou bien encore sur le téléphone.

Et c’est parti !
Les Superbike ouvrent le bal. Du silence, puis un bourdonnement d’un 4 cylindres hurlant à fond de 6 se rapproche et surgit d’un coup devant nous. Le spectacle est tout simplement hallucinant !! Ils passent à 3 ou 4 mètres devant nous dans un déchirement d’air, passent la compression au ras du trottoir avec un angle déjà conséquent, la route étant légèrement en courbe. Le bas de carénage racle le sol, les suspensions ayant fort à faire à cet endroit. La moto travaille, se tortille dans tous les sens, les pneus s’écrasent… mais les pilotes maitrisent et gardent la poignée soudée dans le coin… En remontant la compression, ils se dirigent vers Quarterbridge en passant 2 petites bosses provoquant un levé de roue sur quelques dizaines de mètres. La première moto vient de passer et s’éloigne. On se regarde tous avec des grands yeux ébahis, le sourire jusqu’aux oreilles et un rire nerveux…
Les motos se suivent avec 10 secondes d’intervalle, on n’en perd pas une miette… Aucune photo ou vidéo ne peut transmettre ce que l’on voit de nos propres yeux. Dans ce monde ou la moindre course se regarde depuis des tribunes à des dizaines de mètres de la piste, on a  vraiment le sentiment de profiter ici pleinement au spectacle
Vient ensuite le tour des Side. Les frissons sont autant ressentis qu’avec les Superbike. Leur vitesse de passage est légèrement moindre, étant motorisés par des 600cm3, les moteurs hurlent encore plus et le spectacle est aussi garanti ! Les trottoirs sont rasés de près…
La session d’essais se termine, le soleil se couche. On se trouve un SteakHouse à Douglas et on va passer une bonne nuit de repos pour se remettre de ces émotions.

Jeudi 4 Juin.

Les nuits sont fraîches. Le duvet supplémentaire amené sur la moto n’est pas superflu. En première semaine, les essais n’ont lieu que le soir, de 18h à 21h. On profite donc de la journée pour découvrir l’ile. Mais avant tout, on se refait le tour de circuit qu’on n’a pas pu se faire hier. Et notamment, la Mountain Road. En attaquant la montée, des cônes répartis au milieu de la route canalisent le flux de véhicules. Un peu plus loin, plus de cônes… plus de limitations !! Ne connaissant pas bien le tracé et souhaitant préserver nos montures, on ouvre gentiment. Bon, l’aiguille du compteur oscille quand même entre 110 et 180km/h et on se fait déposer par les locaux… La police surveille néanmoins toutes les zones limitées et procèdent à des contrôles radars, mais préventifs. Ils sont sur le bord de la route, avec un gilet jaune fluo. Pas camouflés et planqués derrière une pile de pont comme en France…

Pour la balade d’aujourd’hui, ce sera Port Erin, une petite station balnéaire située au Sud. Les paysages méritent qu’on s’y attarde. Au retour, on passera par Castletown et sur une partie du circuit de la course « Southern 100 », course sur route également, mais avec un départ en paquet… Ca doit mériter aussi le détour !

Le spot de ce soir devait être la Mountain, à Bungallow. Mais la Mountain Road ferme 1h15 avant le reste du circuit… Loupé pour ce coup-ci ! Après un problème de communication dans le groupe, Sam et Nicolas se retrouvent « malheureusement » coincés dans un Pub à Ramsey. Oh, les pauvres ! Pour le reste de la troupe, ce sera Ballaugh Bridge et ses motos qui décollent.

Ici aussi, le spectacle est garanti. Le freinage est important et impératif. Le franchissement du pont doit se faire à environ 70km/h, mais la trajectoire est primordiale, les motos décollant les 2 roues du sol pour la plupart sur quelques mètres. The Raven, le bar situé en face du pont, fait office de chicane. Les essais commencent, toujours avec une oreille tendue vers Radio TT, pour essayer d’entendre au moins quelques commentaires et chronos. On entend motos arriver, rétrograder. Puis vient l’image, les pilotes tentent d’équilibrer la moto au décollage, en freinant ou en mettant un coup de gaz lorsque les roues quittent le sol afin de se positionner au mieux pour l’atterrissage. Violent… Bah oui, une Superbike n’est pas franchement faite pour ça ! On a mal pour la chaine de transmission qui claque sur le bras oscillant. A peine les roues posées au sol et l’équilibre retrouvé que les gaz sont remis à fond pour passer la courbe à droite, en rasant le mur avec le casque ou les épaules, au choix du pilote… Bluffant…


Mais mon plus grand respect va aux passagers des Side, engins aux débattements de suspension visiblement moins importants que sur une moto. Le décollage des Side est moindre, mais l’atterrissage bien plus costaud… Ouch… Séance de Kiné ou d’Ostéo indispensable lors du retour aux stands…
Ce soir, nous avons aussi droit aux essais de la catégorie Lightweight. A quelques exceptions près, ce sont des Kawa ER-6, entièrement préparées et quasiment méconnaissables. Les carénages proviennent de toutes sortes de motos, fourches inversées d’un diamètre respectable, freins, bras oscillants… Même le moteur doit être bien gavé de chevaux, vu les moyennes annoncées au tour : 118mph de moyenne, soit 190 km/h ! A peine 20km/h de moins que les SBK ! Ca envoie bien !

Fin des essais, on retrouve Nico et Sam pour le retour au camping qui s’est bien remplit. Ce sera encore le cas les jours suivants. Beaucoup d’anglais of course, mais aussi quelques autres français, des Espagnols et même des Italiens venus à moto… 2000kms pour venir… Respect ! On discute un peu autour des quelques prises électriques mises à disposition pour charger nos téléphones. On parle de moto (étonnant non ?), de la course, de l’ile… Puis c’est reparti pour une bonne nuit de sommeil, pleines de rêves de Side F2 pour Bertrand et Jérôme 

Vendredi 5 Juin

On est en mer d’Irlande… La météo nous le rappelle bien. Vent et pluie au programme toute la matinée. On restera sous le grand barnum qui nous sert de salle à manger jusqu’à ce que ça cesse en fin de matinée. Puis grand soleil ensuite.
Direction GrandStand et la boutique des produits officiels. Et aller ! On fait chauffer la carte bleue ! Bah oui, rien de tel qu’une veste « TT, Isle of Man » pour pouvoir se la péter au retour en France ou bien encore un bonnet, un porte-clefs, un T-shirt, un autocollant… Tout y passe !
Pour les essais du soir, encore raté pour la Mountain… La circulation autour de l’ile et notamment aux abords de Ramsey auront eu raison de nous… La Mountain Road a été fermée 5 minutes avant que l’on arrive…Yves étant passé par le camping et par dessus la circulation, il passera la soirée là-haut pendant que nous nous posons dans le Pub à Ramsey, où Sam et Nicolas étaient la veille. Oh ! Zut ! Bon, ce sera l’occasion de gouter la « Okells », bière locale. 

Le point de vue est sympa, moins spectaculaire que les jours précédents, mais nous sommes sur un échafaudage avec un bon point de vue, à l’intérieur d’un virage. Les catégories sont les mêmes que précédemment, avec un nouveau supplément : 1 tour de TT Zero, les motos électriques. On ne les entend pas arriver, ça passe dans un sifflement et un bruit de chaine de transmission relativement contenu. Mais ça passe fort quand même ! John Mc Guinness gagnera la course la semaine suivante avec un tour (départ arrété !) en moins de 19 minutes, à 119 Mph de moyenne !!
On finira la soirée à la pizzeria PapaRazzi, apparemment très prisée. Les photos de pilotes du TT, mais aussi de GP qui ornent le restaurant montrent à quel point le TT est populaire.

Samedi 6 juin

Au programme de la journée, les premières courses ! Malheureusement, il n’en sera rien. Les routes ne seront pas fermées. La faute au vent fort toute la journée, responsable d’un crash d’un hélicoptère civil le matin et empêchant celui des secours de décoller. Le directeur de course sur radio TT a annoncé la couleur : Pas d’hélico, pas de course…  Sad
Dommage, on s’était placé stratégiquement à Sulby Straight à l’intérieur du circuit, pour pouvoir aller à Bungalow dans la Mountain par une petite route. Sulby est l’endroit le plus rapide du circuit mais pas forcément tranquille pour les pilotes. Les motos y dépassent les 190, voir 200mph pour les meilleurs, soit 320 km/h… sur une route assez bosselée  Shocked . L’église loue ses chaises à placer le long du muret qui borde la route pour 1 pound. L’église fait aussi buvette, on y rentre… Surprise, on y trouve un écran géant diffusant des images du TT 2014, sur fond de hard-rock, des flics aux sliders bien usés qui viennent y boire le café… Les murs sont décorés avec des banderoles Yamaha… Il n’y a qu’ici qu’on peut voir ça !!  Very Happy
Les courses étant annulées, on se replie sur Grandstand pour une nouvelle visite des paddocks et du lèche vitrine à la boutique officielle. On passera la fin de journée à Peel, jolie ville à l’Ouest, avec un château en ruine sur les hauteurs du port. On finira par trouver un resto chinois, valeur sure par rapport à la bouffe locale.

Dimanche 7 juin.

Mad Sunday !  Very Happy L’ile entière est en effervescence. Il y a des animations dans toutes les villes, une majorité des motards font le tour du circuit en paradant, tous les habitants sortent de chez eux et font coucou à tout ce qui roule. L’atmosphère de fête est incroyable. Il n’est pas censé y avoir de course aujourd’hui, mais les annulations de la veille chamboulent le programme. Seule la course de Superbike, une des 2 épreuves reines de la semaine de course, avec le Senior TT, est prévue. Comme la veille, nous nous plaçons à Sulby, à hauteur de l’Eglise. Le pasteur y a organisé un grand barbecue très convivial avec quelques bénévoles. Il y a bien plus de monde que la veille. Tous les locaux, venus à l’Eglise pour l’office du matin, sont restés pour assister à la course.
Vient le moment de la fermeture des routes, puis du départ. Toujours une oreille attentive à Radio TT, le premier à s’élancer est John Mc Guinness, suivi à 10 secondes d’intervalle entre chaque départ par tous les favoris. Nous sommes situés à l’opposé de la ligne de départ, soit environ 30km plus loin. Ils seront là en moins de 8 minutes…  Shocked
La ligne droite de Sulby est précédée de grandes courbes appelées Quarry Bends enchainées à plus de 250km/h. On les entend ensuite passer la 6, moteur haut dans les tours. On ne les voit toujours pas malgré une vue dégagée sur la ligne droite. Le bourdonnement se rapproche… puis ils sortent d’un coup d’une légère courbe, tels des missiles, semblent foncer sur nous et passent à 2m du muret derrière lequel nous sommes assis. L’expérience est tout simplement indescriptible!! Ca ne dure qu’une fraction de seconde, puis ils sont déjà 100m plus loin lorsqu’on a tourné la tête. Ils gardent encore la poignée tournée à bloc durant une dizaine de seconde, certains tapant le rupteur en 6e en se faisant l’aspiration, avant de les entendre freiner, loin, trèèèès loin, pour le virage de Sulby Bridge.


On voit passer les concurrents pendant 2 tours, puis on saute sur nos motos pour parcourir les 15 kms qui nous séparent le Bungalow, dans la Mountain. Le panorama et la vue sur cette portion du circuit est magnifique. Un beau virage, pilotes avec le genou par terre, tout en franchissant le passage à niveau du Tramway, une grande ligne droite ensuite avec la montagne d’un côté, le ravin de l’autre... La statue de Joey Dunlop, 26 fois vainqueur du TT contemple le tout. Le TT a vraiment un air de Continental Circus… On s’installe dans un champ, au bord de la route, vue sur la mer et la montagne pour regarder les motos passer, Radio TT nous informant des classements de la course. Trop bon ! Cool

72 motos s’élanceront toutes les 10 secondes pour cette épreuve de 6 tours. 45 seulement rallieront l’arrivée. Défaillances mécaniques pour la plupart, chute sans gravité pour d’autres et un drapeau rouge dans les tous derniers instants, bien après que Bruce Anstey, ait franchi la ligne d’arrivée en vainqueur après 1h45 de course, et un tour en 17min 17s, à 131mph de moyenne.
On le verra le soir même à Douglas, avec son look de bucheron,  à la pizzeria « Paparazzi » avec son équipe.

Lundi 8 juin.

Ca sent le retour.  Sad On plie les bagages, on peut aussi plier les tentes et les emmener, mais faute de place sur les meules, elles resteront là. On profite de la dernière journée pour voir la course de Side annulée le Samedi. Ce sera à Ballacraine, virage à droite assez serré dans le premier tiers du circuit. Radio TT nous informe que le programme a 1h30 de retard à cause d’un « RTC » sur le tracé du circuit, comprenez par là : Road Trafic Collision. La visibilité n’est pas optimale, mais on arrive à voir les Side qui rasent les bas cotés et les moustaches panneauteurs placés en sortie de virage. Etant donné que les pilotes ne voient les stands que toutes les 20 minutes, ils sont panneautés à divers endroits du circuit. Suit ensuite les qualifications des Lightweight, mais il est déjà l’heure d’aller charger les motos.

Chargés comme des mules avec nos matelas, chaises et duvets supplémentaires, nous reprenons le ferry à 19h30 pour Heysham, et roulons toute la nuit de pour être à Douvres à 9h00 pour le 2e ferry. Nicolas nous aura fait peur en s’arrêtant sur la bande d’arrêt d’urgence sans prévenir personne en raison d’un cappuccino trop costaud pour sa vessie… Arrivés à Calais, il ne nous reste plus que 300 kms à s'engloutir. Le groupe se sépare près de Beauvais, fatigués, mais des remplis de bons souvenirs et ce jingle « Vauxhall Radio TT » qui tourne en boucle dans nos têtes.

A mes compagnons de route : Merci pour cette belle aventure. Merci Yves pour la résa du Ferry pour l’IOM et du camping. Merci Bertrand pour la résa du Ferry pour Douvres. Merci Nicolas pour cette frayeur que tu nous as fait lors du trajet retour. Tu seras privé de Cappuccino ! Merci Jérôme pour cette tranche de rigolade lorsque tu as laissé ton bloc disque en démarrant (Non, mais tu croyais que j’allais la garder pour moi ???  Laughing ) Et merci Sam, fidèle compagnon des sorties moto et aussi pour tes selfies sur mon téléphone. J’ai du dossier maintenant !!

Le bilan : Il faut le vivre absolument ! Expérience unique, j’y retournerai avec grand plaisir. Une ile entièrement tournée vers le mythe TT, des églises aux restos en passant par les boutiques. La police préventive, respectueuse et aussi très respectée. Une fête de la moto comme on ne voit pas ailleurs.
Mais attention, le TT, ça coute cher ! Entre les tarifs de la Steam Rackett, du camping (ça coute parfois le prix d’un hôtel), les restos qui ont tendance à se gaver, le carburant plus cher qu’en France et le cours de la livre, le cout total est à 4 chiffres avant la virgule.
Un TT, ça se prépare plus d’un an avant. Les réservations des ferries ouvrent 1 an avant mais ça part comme des petits pains. Préférez un Bed&Breakfast ou un hôtel plutôt qu’un camping. Le climat est assez frais et un bon lit sera sans doute plus appréciable après s’être cogné 1000kms à moto pour venir. Le reste, c’est que du bonheur !!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C.R voyage au Tourist Trophy 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tourist Trophy 2015
» Tourist Trophy 2015
» Tourist Trophy 2015
» Préparation d'un voyage pour le Tourist Trophy 2016
» THE TOURIST TROPHY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KTAPULT RACING TEAM :: PADDOCKS :: De tout de rien-
Sauter vers: